Chargement en cours
Ma sélection

Lot 485 - Arts incohérents.- Catalogue illustré de l'exposition des Arts incohérents. P., E. [...]

Estimation : 75 € / 100 €

Adjugé à 500 €


Résultats sans frais

Arts incohérents.- Catalogue illustré de l'exposition des Arts incohérents. P., E. Bernard, 1884, grand 8°, XV164 p., nombr. illustrations, demi-percaline brune moderne à coins, dos lisse, titre doré, filets à froid, non rogné. Les Arts incohérents sont les enfants naturels de la fin du XIXème siècle, riche en découvertes scientifiques et en innovations sociales. Cette époque insolente et inventive marque aussi un tournant dans les domaines de l'art. Les Salons de l'art officiel se voient remis en cause jusque dans les colonnes des journaux par le trait railleur des illustrateurs stigmatisant un monde en voie de disparition. C'est dans cette atmosphère mouvante qu'un certain Jules Lévy - ex membre du club littéraire des Hydropathes - décide d'organiser "une exposition de dessins exécutés par des gens qui ne savent pas dessiner". Une kermesse de charité en faveur des sinistrés d'une explosion de gaz lui donnera la première occasion de présenter les oeuvres collectées. Le 13 juillet 1882 aux Champs Elysées, la baraque des "arts incohérents" accueille de nombreux curieux. A la faveur d'une panne d'électricité, ceux-ci découvrent, à la lueur des bougies prêtées à l'entrée de l'exposition, un bric-à-brac d'oeuvres frondeuses, utilisant tous les matériaux et toutes les inspirations dans le but ultime de faire rire. En octobre 1883 les parisiens découvrent la première exposition officielle des Arts incohérents dans un local de la Galerie Vivienne. Le but est charitable comme pour toutes les expositions incohérentes qui suivront. Un règlement en 13 points annonce que "Toutes les oeuvres sont admises, les oeuvres sérieuses et obscènes exceptées". L'exposition se dote d'un vrai catalogue (mais avec des notices d'artistes farfelues), d'affiches et de cartons d'invitation sur lesquels Luigi Loir érige la cocotte en papier en Arc de triomphe de l'avenir et Lévy d'Orville renverse un encrier sur un traité d'esthétique. Le ton est donné. Les parodies abondent, les jeux de mots picturaux également. Le sourire est au rendez-vous, la foule aussi. Plus de 20.000 visiteurs feront le déplacement en un mois.

Demander plus d'information

Thème : Livres Ajouter ce thème à mes alertes